Apprendre le norvégien

La langue

L’alphabet norvégien compte 29 lettres, 3 voyelles de plus qu’en français : le « æ », « å » et « ø ».
Il y a approximativement 500 000 mots en norvégien (contre 270 000 en français et  200 000 en anglais).

 

Prononciation :
le « æ », « å » et « ø ».
Les « o » se prononcent [o] devant deux consonnes et [u] ou [ou] devant une consonne, les « e » se prononcent [a], certains « y » se prononcent [ou] aussi.
Quelques fois on ne prononce pas certaines consonnes en milieu ou fin de mot.
Bref, quelques difficultés donc !

3 langues officielles : Le bokmål, le nynorsk et le sami.

 
Le bokmål et le nynorsk sont utilisées officiellement par l’administration, les écoles, l’église, la radio et la télévision. On publie des livres, des revues et des journaux dans les deux langues. Les habitants décident, au niveau local, de la langue qui sera enseignée dans les écoles où ils envoient leurs enfants. Officiellement, la langue enseignée est appelée langue principale et l’autre, la langue secondaire. Les élèves lisent aussi des textes en langue secondaire et dans les lycées, ils doivent pouvoir l’écrire puisque les fonctionnaires doivent être capables de rédiger une réponse à une lettre dans la langue utilisée par le correspondant.
 
Langues sames :
Plusieurs langues sames sont parlées et écrites partout en Norvège par les Saami.
On estime la population sami à environ 100.000 personnes, dont 40.000 qui vivent en Norvège.
Les langues sames sont composées de plusieurs dialectes qui ne sont pas compris par tous les Samis.
L’État reconnaît ces langues comme officielles, et les norvégiens ont le droit d’avoir de l’enseignement en langue same partout dans le pays.

L’histoire

La Norvège a été en union avec le Danemark de 1380 à 1814. Les Norvégiens qui savaient écrire le faisaient donc en danois et progressivement, la langue écrite norvégienne a disparu.

En 1814, c’est l’année où la Norvège s’est dotée d’une constitution et l’union avec le Danemark a pris fin.
La Norvège a été rattachée à la Suède, mais le danois est resté la langue écrite. Dans beaucoup de villes, la langue parlée était assez proche du danois, alors que les gens qui vivaient à la campagne parlaient généralement différents dialectes norvégiens.
Au 19ème siècle, beaucoup estimaient que la Norvège devait avoir sa propre langue écrite.
Deux linguistes ont vraiment marqué l’évolution de la langue.

 

Ivar Aasen (1813-1896) a parcouru la Norvège pour écouter les différents dialectes. En empruntant un peu à chaque dialecte, il a créé la langue qu’on appelle aujourd’hui le nynorsk.
Knut Knudsen (1812-1895) voulait, lui, rendre la langue écrite danoise plus norvégienne.

 

Elle a évolué en Norvège pour devenir ce qu’on appelle aujourd’hui le bokmål.
Aujourd’hui, le bokmål et le nynorsk sont deux langues à part entière et tous les élèves norvégiens doivent apprendre à lire et à écrire les deux langues.
Géographiquement, le bokmål est plus répandu dans le sud et dans l’est de la Norvège, alors qu’on rencontre plus le nynorsk dans les montagnes de l’ouest et dans le nord.
Le norvégien est très similaire à d’autres langues scandinaves, particulièrement le suédois et le danois. Ces trois langues sont mutuellement compréhensibles.
 
 
La langue principale :
Plus de 80 % des enfants norvégiens ont le bokmål comme langue principale, entre 16 et 17 % ont le nynorsk. Toutes les villes ont le bokmål comme langue principale, il en est de même pour les régions où la densité de population est assez élevée, comme autour du fjord d’Oslo et dans le bas pays de la région Østlandet. Le nynorsk domine dans les agglomérations le long des fjords de la côte ouest et les villages de montagne à l’intérieur du pays. Les règles concernant le choix de la langue enseignée et éventuellement son changement sont fixées par la loi.
La répartition en pourcentage des langues dans les école s est demeurée relativement stable au cours des 15 où 20 dernières années, mais cela ne veut pas dire que la paix et l’harmonie règnent. Compte tenu du rapport de forces qui existe entre les deux lang-ues, ainsi que l’exprime le pourcentage cité, il est évident que le bokmål domine, ce qu’il a toujours fait. Les grands journaux, les revues et la littérature au quotidien sont dominés par le bokmål et puisque c’est la lang-ue enseignée dans les villes et la plu-part des zones industrielles, le bokmål domine aussi dans les affaires et la publicité.
 
 
Dialectes :
Bien que le bokmål et le nynorsk soient les langues de l’écriture, la plupart parlent dans la vie de tous les jours un ou plusieurs dialectes qui peuvent différer grandement de ceux-ci.
Un dialecte n’est pas simplement un accent mais comme un patois avec des mots de vocabulaire différents. 
 Ils sont généralement divisés en cinq groupes principaux : norvégien du Nord (nordnorsk), norvégien du Trøndelag (trøndersk), norvégien de l’intérieur (innlandsmål) , norvégien de l’Ouest et du Sud (vestnorsk), et norvégien de l’Est (østnorsk).
Je peux vous dire que ces dialectes sont un enfer dans l’apprentissage du norvégien, même les norvégiens entre eux ne se comprennent pas en fonction des régions.
Quelque fois a la TV certains dialectes sont sous titrés tellement ils sont difficiles à comprendre.
 
 
Langue tonale :
Le norvégien dispose d’un système de tons qui joue un rôle distinctif dans bon nombre de mots.
il y a les accents de type 1 (´) caractérisé par une montée et de type 2 (`) par un ton soit descendant soit descendant-montant.
Les tons permettent la distinction sémantique de mot phonétiquement identiques comme : tan´ken (la citerne) et tan`en (l’idée).
avec des différences entre les singuliers et pluriels, les substantifs…..bref, c ‘est pas simple !
 
 
Le norvégien est très similaire à d’autres langues scandinaves, particulièrement le suédois et le danois. Ces trois langues sont mutuellement compréhensibles et souvent utilisées par les habitants de ces pays pour communiquer entre eux.

L’apprentissage

Ce qui est très pratique quand on arrive en Norvège, c’est que tout le monde parle anglais couramment.

Et quand je dis tout le monde, c’est tout le monde !
On a parlé anglais avec des petites mamies au fin fond de la Norvège sur une île au large de Tromsø à 350 km au nord du cercle polaire !!Donc c’est top pour faire toutes les démarches administratives.
Même si j’avais commencé à apprendre un peu le norvégien avant de partir, je ne me sentais pas du tout assez à l’aise pour ouvrir mon compte en banque en norvégien.Donc l’anglais s’impose au début et les Norvégiens adorent parler anglais… donc on parlait anglais avec tout le monde  et aussi avec nos amis…..oui oui on s’est fait très vite beaucoup d’amis en Norvège.
J’y reviendrai un peu plus tard dans l’article.Sauf que… au moment de chercher du travail, là le problème se pose.
Encore une fois, je vous parle de mon expérience et je ne dis pas que c’est la même situation partout en Norvège.
Consultez mon article « Venir vivre en Norvège » pour plus d info pour trouver du travail en Norvège.
Quand je suis arrivée en Norvège, j’avais énormément de chose à faire pour lancer mes 2 activités, il fallait lancer le processus, faire toute la com, les démarches… cela me prenait 100% de mon temps et je n’ai pas fait cette formation.Bref, je n’ai jamais pris de cours de norvégien et au bout de 3 ans ici, je ne parlais pas très bien alors je me suis dis… qu’est ce que je peux faire pour progresser?
Mon problème en tant que Freelance est que je n’ai pas de collègue à qui parler, je n’entends pas de norvégien au quotidien car je travaille à la maison et mon copain est français.
 
On se parle norvégien entre nous pour progresser mais personne ne nous corrige donc on stagne un peu.
Je me suis donc dis, bon on a la chance d’avoir plein d’amis donc c’est fini de parler anglais avec eux.
On a parlé norvégien à tous nos amis.
On a la TV numérique et on regarde les programmes norvégiens ou anglais avec les sous-titres norvégiens.
Je lis beaucoup aussi, j’emprunte des livres à la bibliothèque.
J’ai commencé par les livres pour enfants 3-5 ans!! en gros que des images avec les noms mais c’est super pour apprendre du vocabulaire.
Et j’augmentais le niveau au fur et à mesure, maintenant je peux lire des romans normaux.
 
J’écoute aussi la radio, on y pense pas forcement mais les présentateurs radio ne parlent pas comme les gens à la TV ou dans la vraie vie.
Ils articulent plus et ont une voix plus claire et compréhensible.
Aussi, j’ai proposé à quelques amis de leur donner des cours de chant gratuitement mais en norvégien s’ils m’aidaient à développer mon vocabulaire, je leur pose des questions en anglais, et on enchaîne en norvégien et surtout, ils me reprennent et me corrigent quand je parle.
 
J’ai beaucoup progressé aussi lorsque j’ai rencontré Ingjerd. Une copine à Tønsberg.
Elle est norvégienne et prof de français mais cherchait quelqu’un pour pratiquer son français pour progresser.
On s’est donc rencontré pour faire des « échanges » on parlait un peu français, je la corrigeais et lui apprenais des mots et expressions et on faisait pareil en norvégien après.
Par la suite on est devenu vraiment amie et on se voit beaucoup donc cela m’a fait vraiment progresser.
Merci Ingjerd !!!
 
A Oslo il y a des groupes de « Language exchange » et c’est vraiment super, je recommande pour pratiquer.Malheureusement, à Tønsberg il n’y en avait pas.
J’ai donc crée le groupe « Frankofile i Vestfold » et nous nous retrouvons 1 fois par mois pour parler norvégien et français.

 

Methodes / Liens

Méthodes :

J’ai commencé avec la Méthode Assimil car c’est la plus connue mais je n’ai pas aimé pas du tout.
La progression n’est pas logique et le vocabulaire n’est pas du langage de la vie de tous les jours, je l’ai trouvé assez inutile.
La méthode pour apprendre l’anglais est vraiment bien, l’anglais niveau business aussi est très bien mais celle du Norvégien n’est pas bien faite, je trouve.
Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège
Celle que je vous recommande le plus est le « På Vei », la progression est bien et on avance assez vite sans se prendre la tête.
Je l’ai beaucoup utilisé.
Il y a un cahier de leçons, un cahier d’exercice et des Cd pour les audios des leçons.
Il y a aussi un site internet avec des exercices en ligne assez complémentaires.
Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège
Le « Ny i Norge » est aussi pas mal, je l’ai moins utilisé car j’étais concentré sur le « På vei ».
Il y a aussi un site internet .
Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège
Le « Stein på stein » est aussi pas mal, un peu plus « oldies » dans son approche mais pas mal.
Il y a aussi un site internet .
Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège

Sites et applis :

J’ai beaucoup utilisé : norwegianclass101.com
 
Ce sont des podcast téléchargeable avec les retranscriptions en PDF, j’écoutais les leçons dans le métro à Paris avant de déménager en Norvège, cela  m’a donné des petites bases intéressantes.
Les explications sont en anglais.
Vous devez payer 1 dollar pour pouvoir tout telecharger, je vous le recommande fortement, il y a plein de thèmes différents.

 

——————————–

 

J’ai beaucoup regardé : La chaine youtube : Norsklærer Karense

Elle est prof de Norvégien pour les étrangers et du coup elle connait les fautes que l’on fait le plus et toutes ces vidéos sont très utiles.

Il y a un groupe facebook où vous pouvez lui poser des questions.

 

——————————–

 

D’autres liens :

Simple Norwegian

Norwegian Teacher – Karin
Learn Norwegian Naturally

 

——————————–

 

Je recommande aussi de télécharger l’application NRK, on peut regarder tous les programmes avec les sous-titres ou de consulter le site directement en ligne.
Je vous recommande aussi d’écouter la radio NRK.

 

——————————–

 

Netflix m’a beaucoup aidé aussi !
Si si c’est vrai, ce n’est pas juste une excuse pour regarder plus de séries !
Netflix vous géolocalise donc si vous êtes en Norvège avec un compte en norvégien vous n’aurez le choix que entre norvégien et anglais pour les audio et sous titres.
Si vous basculez votre compte en langue française, les sous-titres et audio français seront disponibles.
J’alterne donc entre l’audio en norvégien pour les séries nordiques avec sous titres en français ou anglais ou l’audio en français ou anglais avec sous titres en norvégien.

 

——————————–

 

L’application « Duo Linguo » est bien pour les grand débutants.
Si vous déjà un petit niveau, aucun intérêt, c’est vraiment pour commencer.

 

——————————–
 
Et cela a fonctionné, je ne parle pas encore couramment, j’ai un niveau moyen élevé .
Mais cela a suffi pour trouver du travail.
J’ai enfin pu travailler dans mon domaine en vidéo en TV.
Je suis cameraman/monteuse vidéo et photographe
 
 
Cela m’aura pris 4 ans mais je travaille enfin pour des productions TV à Oslo et dans le Telemark, Strix (Farmen) et NRK.

Conseils

Oser

Les norvégiens sont très tolérants et très patients. Parler norvégien avec mes amis a joué un grand rôle dans mon apprentissage.
Même si au début je ne faisait que le début de la soirée en norvégien avant de repasser en anglais.
Par la suite ils m’ont dit, ok tu vas peut-être pas tout comprendre mais c’est comme ça que tu vas progresser, maintenant : tout en Norvégien ! et ils avaient raison !
Ils faisaient l’effort de parler un peu plus doucement et ça a marché.
Au début j’avais honte car je trouvais que j’avais un trop fort accent français et je pensais que j’étais ridicule.
J’ai demandé sincèrement à des amis et ils m’ont dit que je n’étais pas du tout ridicule, qu’ils préféraient que j’essaye même avec mon accent que de rester en anglais !

 

 

Pratiquer

Les Norvégiens préfèrent que vous essayiez en faisant des fautes plutôt que de parler anglais alors que vous pourriez dire quelques mots en Norvégien.
Ils sont très tolérants et en plus il parait que l’accent français est super classe !
Alors n’hésitez pas à pratiquer avec vos amis et dans la vie de tous les jours, c’est vraiment comme ça que l’on avance.
Même si au début vous aller beaucoup entendre :
– « Hva sa du »? (Q’est ce que tu as dit?)
et
– « Hvor kommer du fra »? (D’où viens-tu?)

 

 

Écouter

Comme je le disais plus haut, écouter la radio, des podcasts aide beaucoup car inconsciemment votre oreille se familiarise avec la langue et vous intégrerez mieux les nouveaux mots par la suite.
C’est le problème avec la langue Norvégienne en fait par rapport à l’anglais, on y est pas confronté comme on peut l’être avec l’anglais et la musique par exemple.
Écouter de la musique en Norvégien m’a aussi beaucoup aidé ainsi que des audio book.

 

 
 

Lire

2 modes de lectures possibles :
– On lit en mode « on bosse » donc on prend son cahier de vocabulaire, son stylo et son traducteur et on s’arrête à chaque mots inconnus.
Possible avec un journal ou avec des articles sur internet.
Je vous recommande de faire ça sur des textes assez courts, comme des articles d’actu ou culturels, je l’ai beaucoup fait avec les articles d’info de  NRK.
Car même si on est pas fan des médias, ce qui se dit et s’écrit dans les journaux et médias, c’est du langage de la vie de tous les jours et vous aller souvent lire les mêmes mots.
– On lit en mode « loisir » donc on ne s’arrête pas lorsque qu’on ne comprends pas un mot, on continu et on essaye de le comprendre avec le contexte.
Vous pouvez commencer par des livres pour enfants et augmenter le niveaux des âges au fur et à mesure.
Les bibliothèques sont gratuites en Norvège et vous pouvez prendre des livres dans une bibliothèque et les rendre dans une autre !
Il est aussi intéressant de travailler son vocabulaire par champs lexicaux, prenez en un qui vous intéresse et cherchez tous les mots possibles sur ce thème et traduisez les.
Beaucoup de méthodes d’apprentissages utilisent ce système.
Le problème c’est que ça fait un peu « bourrage de cerveau » allez on apprend tout ce qui se trouve dans la cuisine, ou tous les vêtements.
C’est un peu chiant au début mais on est obligé d’y passer !

 

 

Régularité

Quand on apprend une nouvelle langue, au début il n’y a pas de secret il faut apprendre par cœur du vocabulaire.
Donnez vous un objectif simple et réalisable et essayez de vous y tenir.
Par exemple apprendre chaque jour 10 nouveaux mots.
J’ai commencé avec un cahier de vocabulaire dans lequel je notais tout, et régulièrement, je relis tout.
C’est aussi un moyen de constater sa progression, on se dit : « oui, c’est bon, ça je sais… » c’est bon signe !
 
 
 

Patience

Comme tout apprentissage, que ce soit une langue ou autre chose, cela ne se fait pas du jour au lendemain.
Il faut donc s’armer de patience et surtout ne pas se décourager.
C’est aussi pour ça qu’il est super important de pratiquer et de parler avec les gens car se sont eux qui vont vous dire  » ah tu parles mieux, tu as bien progressé » et ça c’est le truc qui boost le plus.
Alors qu’on à l’impression de ne pas avancer, quand les autres remarquent la différence, c’est le plus beau des compliments et on communique de mieux en mieux.
Pas à pas, tranquillement !
On m’avait souvent dit…ton apprentissage du norvégien sera en très bonne voie quand tu commenceras à rêver en Norvégien !
C’est chose faite mais j’apprends encore et je ne me lasse pas d’apprendre de nouveaux mots ou expressions de cette langue que je trouve très belle.
Et je galère toujours avec le dialecte de certains de mes collègues mais ça….je crois que ce sera toujours le cas !

Je vous recommande le livre d’expressions « Perler for svin ».

 

Les norvégiens utilisent beaucoup d’expressions, tout comme les français.
D’ailleurs certaines en sont la traduction exacte.

 

Mais quand vous arrivez à un certain niveau de Norvégien, c’est important d’en connaitre quelques unes, les plus utilisées car vous n’allez rien comprendre si vous entendez une expression et que vous cherchez le sens du mot à mot.

 

Si vos interlocuteurs voient que vous êtes un peu dubitatifs, ils vont vous dire que c’est une expression mais bon il y a toujours ce petit côté gênant : « Ah ok, j’avais pas compris »…oups.
Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège

Bon apprentissage à tous et ne vous découragez pas !

Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège
Apprendre le Norvégien - Une blonde en Norvège

Lire les autres articles 

Regardez les vidéos

Suivez moi sur Facebook

Retrouvez le podcast gratuitement sur iTunes

Une blonde en Norvège
vues : 451